LES ARTISTES TUNECORE ONT GÉNÉRÉ 2 MILLIARDS DE REVENUS.

[Écrit par Chris Dampier, le vice-président de Publishing & Sync à TuneCore.]

Au royaume de l’édition musicale, les données sont reines. Et pour une bonne raison : des données précises peuvent vous permettre de générer des revenus. Les sociétés de gestion collective, de droits d’auteur ou de droits de reproduction mécanique doivent disposer d’informations fiables et précises pour s’assurer de payer le juste montant de royalties aux artistes. Ces entités gèrent des centaines de millions de contenus, qui génèrent eux-mêmes des milliards d’utilisations. Qui plus est, il existe un nombre incalculable de chansons qui portent le même titre, écrites par des compositeurs qui portent le même nom (ou en tout cas similaire). Il s’avère donc indispensable de doter vos titres d’un numéro d’identification unique. Pour vous assurer que les royalties générées par vos œuvres vous reviennent, vous devez connaître les différents codes et adopter certaines bonnes pratiques. 

Avant de passer en revue les différents codes d’identification des œuvres, rappelez-vous que vous ne pourrez soumettre à l’édition musicale que les titres que vous possédez, c’est-à-dire que vous avez composé, entièrement ou en partie. Vous ne pourrez pas réclamer les royalties provenant de la propriété intellectuelle d’un autre. Par exemple, si vous avez enregistré une reprise de la chanson Photograph d’Ed Sheeran, vous pourrez distribuer l’enregistrement de votre version (dans la mesure où vous disposez des licences requises), mais pas réclamer de revenus d’édition de l’œuvre originale. Ceux-ci sont collectés par Sony/ATV, Spirit Music et Concord Music et reversés aux auteurs que ces sociétés représentent, à savoir Ed Sheeran, John McDaid, Tom Leonard et Martin Harrington. De plus, si votre œuvre contient un sample ou une interpolation du titre d’un autre artiste, il vous faudra obtenir l’autorisation explicite des ayants-droit dudit titre, et très certainement leur donner un pourcentage de participation du morceau intégrant leur sample. Par exemple, si vous avez samplé Photograph d’Ed Sheeran et que ses éditeurs, après négociation, concluent que ses quatre auteurs détiennent 50 % de votre composition, alors vous ne pourrez soumettre que 50 % de votre titre à l’édition musicale. Si vous reprenez un titre, vous devrez obtenir une licence mécanique et ne pourrez pas réclamer de revenus d’édition. Si vous le samplez, il vous faudra l’autorisation explicite de ses ayants droit avant d’enregistrer votre morceau, et vous ne pourrez soumettre que votre part à l’édition musicale. Attention, si vous ne le faites pas, vous risquez des poursuites pour violation des droits d’auteur. 

Il existe plusieurs codes d’identification des œuvres :  

IPI/CAE

La première des données que vous devrez fournir pour soumettre votre titre à l’édition musicale est votre Interested Parties Information Number, soit le numéro IPI/CAE. Un IPI est un identifiant unique assigné à chaque compositeur et éditeur enregistré auprès d’une société de gestion collective (comme la SACEM, la BMI, l’ASCAP ou la PRS). Elle est extrêmement importante, puisqu’elle vous identifie comme le propriétaire/copropriétaire d’une chanson. Si votre titre génère des royalties, c’est grâce à ce code que la société pourra les relier à vous. Un numéro IPI/CAE se compose généralement de 9 à 11 chiffres et peut être obtenu auprès de votre société de gestion collective (PRO, pour Performing Rights Organization). Si vous n’êtes pas encore affilié à une PRO, nous vous conseillons vivement de le faire. La part des revenus d’édition générés revient toujours directement au compositeur : vous passez donc peut-être à côté de certains revenus. Sachez également que si vous vous inscrivez comme éditeur auprès de votre PRO vous obtiendrez deux codes IPI/CAE ; l’un vous identifiant en tant que compositeur et l’autre en tant qu’éditeur. 

Voici comment le trouver :

Rappelez-vous de soumettre impérativement cette information à TuneCore Publishing.

ISWC

L’International Standard Musical Work Code, l’ISWC, est un code utilisé pour identifier une œuvre musicale. Il s’agit d’un code unique à 10 caractères reconnu dans le monde comme le seul identifiant de votre œuvre musicale. Comme l’ISRC, qui est utilisé pour les enregistrements audio (nous le verrons plus tard), le code ISWC sert à différencier vos titres d’autres œuvres similaires. Un titre ne peut porter qu’un seul ISWC, mais plusieurs ISRC. Le code ISWC peut être obtenu auprès de l’Agence Internationale ISWC ou automatiquement assigné par votre société de gestion collective. Si vous avez déjà inscrit un titre auprès de votre PRO locale ou régionale, il porte un code ISWC. Si vous ne l’avez pas fait, il est automatiquement généré lorsque TuneCore uploade votre nouvelle sortie.

Bien que chaque œuvre porte un numéro unique, le code ISWC est loin d’être suffisant : d’autres données et bonnes pratiques vous permettront de tracer au mieux l’utilisation de vos titres.

Co-auteurs et partages des parts

Nous vous recommandons vivement de diviser clairement les parts de vos œuvres pour soumettre vos titres à l’édition, mais pas uniquement. Déterminer qui détient quelles parts de la chanson avant qu’elle ne soit cataloguée et ne génère des revenus peut vous permettre d’éviter de nombreux désagréments par la suite. En règle générale, une fois que vous aurez écrit un titre, vous devez, avec vos co-auteurs, décider par écrit à qui appartiennent quelles parts et vous assurer que le total de celles-ci s’élève bien à 100 %. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un contrat de répartition, ou une split sheet. Ainsi, vous disposerez d’un accord signé concernant les parts de votre chanson, et si l’un des co-auteurs réclame une part de revenus trop importante, vous serez en mesure de le contester : le contrat de répartition viendra vous étayer. Les litiges liés à la propriété d’un titre sont une des raisons principales pour lesquelles les royalties sont parfois retenues par les sociétés. Si une partie réclame un revenu excessif ou si les parts atteignent plus de 100 %, un titre peut générer un conflit. Les royalties sont alors retenues par les sociétés jusqu’à ce qu’il soit résolu. Bien sûr, les contrats de répartition peuvent être modifiés une fois le litige réglé. Dans ce cas, il vous suffira de les mettre à jour.

Lorsque vous déclarez les informations relatives à vos titres sur TuneCore, assurez-vous d’y inclure les noms de ses co-auteurs et les données relatives à leurs parts. Vos co-auteurs pourraient être enregistrés auprès d’une autre société d’édition, et ces informations permettront de vous assurer que toutes les données concordent partout. 

ISRC & Informations relatives à la sortie

Les informations relatives à vos sorties permettent de les identifier de façon unique. Il s’agit ici des données qui concernent l’enregistrement d’une œuvre. Le nom de l’interprète, le titre de l’album/EP et les codes d’identification de l’œuvre sont par exemple des éléments clés. 

En effet, il peut exister sur le marché un morceau du même titre que le vôtre, composé par un artiste portant le même nom que vous. Et au vu du nombre de chansons qui existent sur le marché, une erreur peut vite arriver. Disons par exemple que votre sortie s’intitule Hold On. Pas moins de 14 032 chansons portant ce titre ont été inscrites sur Song Dex, dont 16 font partie du classement américain des 100 chansons les plus populaires aux États-Unis, le Hot 100. Comme vous pouvez l’imaginer, réussir à déterminer laquelle des versions de Hold On est utilisée ou consommée peut relever du casse-tête, surtout si l’on prend en compte le nombre d’enregistrements intitulés Hold On qui existent.

C’est là que les informations relatives à l’enregistrement peuvent s’avérer fort utiles. En plus du titre de la chanson et du nom de l’artiste, le code ISRC permet aux sociétés d’édition de savoir que votre titre est écouté ou utilisé. Le numéro ISRC est un code international unique utilisé pour identifier des enregistrements audio et des clips vidéo. Il se compose d’un code alphanumérique à 12 unités et est assigné à chaque enregistrement d’un titre. Si vous passez par TuneCore pour distribuer votre musique, nous générons automatiquement un code ISRC pour chaque sortie uploadée et incluons également les informations relatives à son titre et à son auteur. Si vous utilisez un autre distributeur de musique, ces codes peuvent être obtenus via les des distributeurs et/ou labels qui diffusent votre musique, ou via une simple recherche sur Sound Exchange  (bien qu’il ne s’agisse pas d’une base de données exhaustive).

Titres alternatifs & nouveaux enregistrements

Si de nouveaux enregistrements de vos chansons sont créés (par exemple des enregistrements live) ou si quelqu’un sort une reprise de votre titre ou le remixe, vous devez vous assurer que ces données soient transmises aux PRO. La version live, la reprise et le remix auront alors chacun leur propre code ISRC.

Par ailleurs, s’il existe une ambigüité autour de l’orthographe du titre de votre morceau, il vaut inclure les différentes façons de l’épeler. Par exemple, 2 Legit 2 Quit pourrait aussi s’intituler Too Legit To Quit. De même si vous choisissez de faire un jeu de mots ou de jouer avec les sonorités, veillez à bien le signaler, car le titre pourrait être automatiquement corrigé lors de la transmission des données aux PRO. 

Compte tenu de tous ces éléments, TuneCore a développé son propre service d’édition pour aider au mieux ses clients à utiliser leurs données. Les informations que nous vous demanderons de fournir dépendront de l’utilisation que vous faites de TuneCore :

Clients TuneCore Distribution & Publishing

Si vous êtes client de TuneCore Publishing & TuneCore Distribution, vous bénéficiez déjà du service de gestion d’édition et disposez de certaines des données énoncées ci-dessus. Les informations relatives à vos sorties telles que le nom de l’artiste, le titre et le code ISRC sont automatiquement générées et figurent dans les métadonnées de votre compte. Toutefois, nous vous conseillons de fournir les informations sur vos co-auteurs et sur le partage des parts de vos différentes sorties, le cas échéant.

Clients TuneCore Publishing

Si vous n’utilisez que le service Publishing de TuneCore, alors il vous faudra nous fournir autant d’informations que possible sur votre sortie lorsque vous l’uploadez. Si vous ne disposez pas de toutes ces données à ce moment-là, ou si vous ne l’avez jamais fait auparavant, ne vous inquiétez pas : il vous suffit de vous connecter à votre compte et de modifier vos parts ou ajouter ces données dans la rubrique Tableau de bord Publishing. 

Tags:

Notre playlist

Restez Informé

Inscrivez-vous à Notre Newsletter